Zoom sur… Sefi ScKara.B


★ Dans la vie de tous les jours, tu es ?

Je suis Sefi râleuse professionnelle, jeune fille qui vagabonde et qui occupe sa vie avec diverses activités.
Je fais partie d’un groupe féministe, je participe à un fanzine et à diverses activités avec ce crew non-mixte meufs, gouines, trans.
Ça me prend pas mal de temps. Je fais de la musique en groupe et toute seule avec un one girl band, je bricole DIY, je vis ma vie tranquillement mais mon emploi du temps est très chargé.

★ Et au roller derby, tu deviens ?

Sefi ScKara.B 661 blocker chez les Beastie Derby Girls.
C’est un pseudo que j’ai depuis mon adolescence, ScKara.B parce que je suis obsédé par les coléoptères et autres insectes, mais pour l’écriture j’avais une montre avec les lettres cK, sûrement une imitation Calvin Klein, et .B parce que j’étais fan de Tairrie.B.
661 parce que ce numéro me hante et que je le vois de partout depuis 16 ans.

Zoom sur Sefi ScKara.B 2

★ Depuis combien de temps pratiques-tu le derby ?

Je suis entrée chez les BDG en septembre 2011, si je me souviens bien le club venait d’être créé depuis un mois.

★ Pourquoi le roller derby et qu’est-ce que cela t’apporte ?

Je me suis mise au roller derby parce que je cherchais un sport assez costaud, donc c’était soit la boxe, soit le roller derby. Quand j’ai su qu’il y avait un club à Reims, je n’ai pas hésité.
Le roller derby m’a réconcilié avec le sport que j’avais abandonné, je peux de nouveau me surpasser et suer, surtout collaborer et partager. J’ai pu aussi faire des rencontres et des échanges.
J’ai également trouvé une nouvelle passion qui reste encore un grand plaisir malgré certains moments de doute.

J’ai souvent été démotivée par quelques attitudes qu’on peut retrouver dans une équipe, les problèmes d’ego, les personnes individualistes qui veulent faire partie d’une l’équipe mais qui n’arrivent pas à s’intégrer et qui préfèrent faire des histoires qui ne riment à rien, juste pour le plaisir de diviser ou juste pour contredire la majorité.
On retrouve pas mal de caractères forts et différents dans ce sport, parfois ça peut bouffer les plus faibles, il faut être aussi forte physiquement que mentalement dans une équipe, surtout dans les moments de conflits.
Mais ce qui est bien c’est qu’à chaque fois l’esprit d’équipe prend le dessus et les éléments perturbateurs finissent par partir d’eux-mêmes, l’union fait la force comme on dit.
Aujourd’hui notre équipe est bien plus sereine je trouve, on a appris de nos erreurs et je pense qu’on arrive bien plus à faire face aux problèmes. On arrive à communiquer correctement et à améliorer notre organisation, notre concentration et ça me permet d’avancer plus confiante.
La gestion de notre équipe est, pour moi, plus solide que jamais.
Donc pour résumer, ça m’apporte pas mal de choses différentes, surtout une belle aventure humaine (Kassdédi à Crapule #8 qui est un bel exemple, elle donne beaucoup, apprend beaucoup et à pas mal de personnes dans le roller derby, merci).

★ Quels sont les sports que tu avais pratiqué ?

Ah ah ah, euh, majorette, on faisait pompom girls aussi. On ne dirait pas comme ça mais c’est un sport qui demande beaucoup de force et de concentration.
Sinon dance moderne jazz quand j’étais petite, et plein d’autres sports, organisé par mes écoles mais en dehors des cours, jusqu’au lycée.
J’avais une préférence pour le handball. Après j’ai abandonné le sport pendant longtemps…
J’ai essayé la musculation juste avant le roller derby mais j’ai vite abandonné parce que les salles de sport étaient trop chères.
Mais le vélo et la trottinette restent mes sports au quotidien.

★ Quels souvenirs gardes-tu du premier (ou du dernier) match ?

Pour le 1er scrimmage, fin 2011, que j’ai fait (à Dijon organisé par les Velvet Sluts à l’époque), j’étais pressé d’y être et on s’est éclatées toute la journée, c’était le rêve !
On a mélangé des équipes, j’étais avec quelques Grrriottes Girrrls (des filles du LARD maintenant), des Velvet Sluts  (des filles des Flèches Revêches aujourd’hui) et des Beastie.
Il y avait des filles de Dijon, Besançon, Lyon, Reims et pleins d’autres.
J’étais un peu perdue au début mais on a tellement rigolé que c’était juste génial.
On a fait des exos avant le scrimmage dont un qui ressemblait au jeu de la balle au prisonnier mais avec une peluche, et quand on m’a demandé si je savais ce qu’était les blocs Lego (dans un match), je n’ai pas compris et j’ai dit « non je ne connais pas les blocs Lego ! »

J’ai bien fait rire tout le monde. Après j’ai compris que c’était les bloques légaux.
Entourée de peluche et de t-shirt Barbie vous comprendrez ma confusion. Bref, un bon souvenir, on a encore aujourd’hui des tas d’anecdotes de cette journée.
Pour le dernier match, il y a deux semaines, encore de bons souvenirs éprouvants et fatiguant avec mon équipe de K-sos (spéciale Kassdédi à Dex 112) ah ah ah !Zoom sur Sefi ScKara.B 1

★ Une chanson qui te motive lorsque tu es sur tes quads ?

Pleins de chansons, plutôt du punk-hardcore-crust-black-metal. Je vais tout de même choisir cette chanson.

http://www.youtube.com/watch?v=f_U49boFDls

★ Une anecdote marquante ?

Une ? C’est pas beaucoup ! Euh, je dirais plutôt des personnes marquantes :
Biting Blondie pour sa douceur avec les gens sauf en match, Dexterminator pour sa fausse Marihatitude* lol, She Demon pour sa patience et sa persévérance, l’ensemble des Beastie.
Mais aussi Meryl Strip Her (Pour Montreuil mars 2013), Crapule (POUR TOUT), les personnes rencontrées aux bootcamps et aux matchs.

★ Sur quoi tu te jettes après un training ?

Un bon plat mais végétarien, une bonne salade mais des fois je craque pour du pain et du fromage.

Quelque chose à ajouter ?

Non ça va, je n’ai plus de salive.

 

*NDLR : pour référence à la diva Mariah Carey

About The Author

Bio:

Rollin News Author


DERBY TODAY
Comments
Share what you think

Add comment

Please Login or Register To Add A Comment